APMNews en parle : « Raphaël Démettre (CH de Bar-le-Duc) nouveau président du syndicat des DIM »   Mise à jour récente !


PARIS, 4 juillet 2017 (APMnews) – Le syndicat des départements de l’information médicale (Sdim), lors de son assemblée générale qui s’est déroulée le 17 juin, a élu à sa tête le Dr Raphaël Démettre du centre hospitalier (CH) de Bar-le-Duc (Meuse), a-t-il annoncé mardi dans un communiqué.

Diplômé de la faculté de médecine de Nancy, Raphaël Démettre est, depuis 1999, médecin « DIM » aux centres hospitaliers de Bar-le-Duc et de Commercy. « A la base, je suis urgentiste », a-t-il expliqué à APMnews.

En 2010, il a été diplômé de l’Ecole centrale Paris en « management et technologie dans les établissements et réseaux de santé ». Il a participé à la création du syndicat des Dim en 2014.

Il succède au Dr Christophe Segouin (groupement hospitalier Lariboisière-Saint-Louis, AP-HP) qui occupait la présidence depuis 2014.

Le nouveau conseil d’administration a été renouvelé lors de l’assemblée générale et est dorénavant composé de « 23 membres issus d’établissements publics et privés, médecins et techniciens de l’information médicale ».

Le Dr Gilles Madelon, du centre MGEN « 3 épis », est nommé vice-président. Le secrétariat général revient au Dr Thierry Gaches (Centre hospitalier intercommunal (Chic) de Cornouaille) et la trésorerie à Christine Pinson (CHU de Toulouse), assistée par Stéphane Daniel (CHU de Rennes). Quant à la section TIM, elle est sous la responsabilité de Pascale Hautin (CHU Poitiers), secrétaire générale adjointe.

A l’heure actuelle, on estime que « la moitié des GHT [groupements hospitaliers de territoire] ont nommé leur Dim de territoire », a indiqué Raphaël Démettre, interrogé par APMnews. « Le DIM de territoire peut être positif, s’il est constitué sous forme d’équipe, et à conditions qu’il n’y ait pas de concurrence entre les DIM », a-t-il complété.

« Dans le cadre des GHT, le positionnement des DIM est stratégique ». Mais, « je ne suis pas sûr que tous les directeurs des établissements support l’entendent de cette oreille ».

Toujours dans le cadre des GHT, le président du syndicat a fait remarquer que la prime « multi-site » ne prend pas en compte le télétravail. Le Sdim demande donc « à ce qu’une prime territoriale spécifique soit attribuée aux DIM », avec des critères qui « restent à définir avec la direction générale de l’offre de soins », a ajouté Raphaël Démettre.

Le Sdim participe d’ores-et-déjà à un groupe de travail avec la DGOS, « qui rédige actuellement un certain nombre de documents ». Après la publication en juin du règlement intérieur et de la charte de fonctionnement des DIM de territoire, « une foire aux questions et un guide d’organisation vont prochainement paraître », a précisé le nouveau président.

Le Sdim défend plusieurs objectifs dont la défense du « respect de l’indépendance professionnelle et du secret médical ». Il souhaite également, « améliorer l’attractivité » de la profession (reconnaissance de la fonction, de la rémunération) et « garantir les moyens et compétences en adéquation avec la fonction ».

Sur ce dernier point, Raphaël Démettre estime que, dans le cadre des GHT, il est « important de déterminer un niveau minimum de compétences et de moyens humains pour les DIM de territoire ». Ainsi, « un certain nombre d’équivalent temps plein » ont été définis « dans chaque DIM pour faire le travail qui nous est demandé par la loi ».

Concernant l' »indépendance professionnelle et le secret médical », le cas de l’hôpital de Saint-Malo, mis en demeure par la commission nationale de l’informatique et des libertés (Cnil) en 2013 (cf dépêche du 07/10/2013 à 16:40), a fait jurisprudence.

Cette affaire a abouti à une « tentative de rédaction de décret ». Le problème c’est que « certains établissements font appel à des entreprises extérieures pour faire leur codage », a-t-il affirmé.

Une section syndicale pour les TIM

Depuis fin 2016, le SDIM dispose d’une section spécifique pour les techniciens de l’information médicale (TIM). « Nous avons créé la section TIM car le métier n’existe pas vraiment », a expliqué Raphaël Démettre.

Cette section a « ouvert trois chantiers » sur le « statut des TIM », « la reconnaissance des spécificités du métier et la valorisation des compétences », ainsi que « l’accompagnement des TIM au sein des GHT ».

« Les TIM sont des infirmiers, des secrétaires médicales, des ingénieurs ou des statisticiens, avec des statuts et des rémunérations très différents les uns des autres, ce qui pose problème au sein des GHT. »

Le syndicat affiche ainsi sa volonté de « faire reconnaître la profession ». Déclarant vouloir être « visible et entendu », le tout nouveau président du Sdim a précisé qu’un de ses objectifs principaux est que l' »on pense à notre syndicat quand on parle de DIM ».

gdl/san/APMnews

Copyright Apmnews.com

Print Friendly

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *