Lettre ouverte aux DIM


Chers collègues,

La DGOS a un projet de décret qui menace directement à la fois notre existence (validation par les textes de l’externalisation , au mépris de notre compétence) et notre intégrité professionnelle (projet de décret ci joint). Il faut noter que le terme « externalisation » est cité plusieurs fois sans être défini.

Ce projet (que le SDIM n’a pas reçu directement) fait suite à une réunion à la DGOS du mois de janvier (CG compte rendu fait par la DGOS ci joint et la réponse du SDIM ci dessous).

En résumé, le projet de décret dit clairement que le responsable de l’information médicale

– qu’un hôpital peut faire appel à une société extérieure pour le codage (voire plus)

– que ça se fait sous la responsabilité du médecin DIM (lequel n’a pas le choix de dire non)

– que ce dernier doit en plus faire un « plan d’action permettant d’assurer l’exhaustivité et la qualité des données transmises » (quelle périodicité?).

Le SDIM prévoit de réagir dès cette semaine. Nous pensons qu’il faut alerter la grande presse sur le risque de violation totale du secret médical

Nous attendons vos réactions et vous invitons à communiquer largement ces informations

C Segouin

SDIM

 » Monsieur Raimbault

Je vous remercie pour votre compte rendu. Je souhaite apporter quelques nuances à ce que vous avez écrit.

Je ne pense pas avoir dit que le SDIM souhaite interdire les pratiques d’évaluation externe du codage. En revanche j’ai bien dit qu’il est de la responsabilité des pouvoirs publics de régler le problème au fond et qu’il devient urgent de le faire, compte tenu du fait que le problème perdure depuis de nombreuses années.

En effet, j’ai bien clairement dit que le recours à des sociétés extérieures est presque exclusivement lié au manque de moyen des DIM pour accomplir leurs missions, qu’il s’agisse de moyens humains (médecin DIM, Technicien d’information médicale) ou d’outils.

De ce fait, si nous comprenons la nécessité de régler en urgence le problème de droit soulevé par le recours à des sociétés extérieures, nous demandons que les questions de moyens soient traitées sans tarder.

Trois volets doivent être travaillés en urgence :

–       Déterminer les moyens nécessaires pour qu’un médecin puisse remplir ses missions de DIM : réunir de façon urgente toutes les parties prenantes (de façon à établir des échelles en fonction du nombre de RUM à traiter dans un établissement pour guider les établissements dans le dimensionnement de leurs équipes DIM)

–       Favoriser et financer spécifiquement au niveau national des formations de reconversion aux métiers de DIM et de TIM et d’entretien des connaissances des DIM et des TIM en poste

–       Favoriser (valider ?) des outils permettant de faciliter l’identification des codages non conformes. Ce sont en effet ces outils de « dépistage » qui sont « vendus » aux directeurs comme des martingales. Et ce sont ces outils qui font la différence avec les DIM. Ces derniers étant capables de coder avec la même compétence que les DIM et TIM des sociétés extérieures (pour peu qu’ils en aient également le temps).

Par ailleurs, dans la liste des organismes rencontrés placée en en-tête de votre compte rendu, merci de spécifier « syndicat ». »

Print Friendly

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *