APM : Projet de loi de santé: le syndicat des DIM alerte sur le risque d’échec des GHT


PARIS, 20 octobre 2014 (APM) – Le Syndicat des médecins travaillant dans les départements d’information médicale (Sdim) a alerté le ministère de la santé sur « le risque d’échec » des groupements hospitaliers de territoire (GHT) dont la création est prévue dans le projet de loi de santé.
Dans un communiqué diffusé vendredi, le Sdim rappelle que dans le cadre des GHT, les hôpitaux membres devront former un DIM unique (cf APM CBRJF001).
Ce département « aura une responsabilité majeure dans trois champs » qui sont « les finances du GHT (à travers la facturation à l’activité), le pilotage et la démarche stratégique (analyse des données) », souligne le Sdim.
Le Sdim, qui a publié en juillet les résultats d’une enquête montrant que les DIM manquent de moyens et ont des difficultés à faire face à leurs tâches qui sont de plus en plus nombreuses (cf APM SNRG7002), explique qu’il a écrit au cabinet de la ministre de la santé pour lui indiquer que « les conditions ne sont pas réunies » pour créer des DIM uniques.
Précisant que les propositions qu’il a faites en juillet n’ont reçu « aucun écho de la part du ministère » (cf APM SNRG7003), il estime que « trois conditions au moins sont nécessaires pour une réussite du projet ».
La première porte sur « la confiance entre les acteurs des futurs GHT ».
« Pour que les informations médicalisées de chacun des établissements, des pôles et des services soient traitées de façon impartiale et selon les règles de confidentialité, l’indépendance professionnelle des médecins DIM doit être assurée », explique-t-il.
Pour cela, il propose que les médecins DIM soient « rattachés au directoire » et qu' »une révision des champs de compétence des DIM soit écrite ».
La deuxième condition porte sur l’attribution de « moyens adaptés » pour faire en sorte sur « les équipes DIM soient dimensionnées aux besoins ». Le syndicat demande aussi que les médecins DIM accèdent à des formations « répondant à leurs besoins » et que le ministère « finance prioritairement des programmes de formations adaptés ».
Le Sdim réclame, en troisième lieu, que la rémunération des médecins soit « ajustée à l’investissement exceptionnel qui leur sera demandé ».
Globalement, il faut que des mesures soient prises « sans tarder […] afin que les DIM partagés dans les GHT puissent se mettre en place dans le respect des médecins DIM et pour la plus grande efficacité du système hospitalier », souligne-t-il.
san/ab/APM polsan
redaction@apmnews.com
SNRJK002 20/10/2014 15:08 ACTU

Print Friendly

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *