APM – Information médicale hospitalière : Un plan national réclamé pour les DIM


Information médicale hospitalière: un plan national réclamé pour les DIM

PARIS, 7 juillet 2014 (APM) – Le syndicat des médecins, pharmaciens, biologistes et odontologistes travaillant dans les unités traitant de l’information médicale dans les établissements de santé publics et privés (Sdim) a réclamé lundi un « plan national DIM » visant à « donner un nouvel élan » à ces services et aux professionnels qui y travaillent.

Ce plan est demandé au regard des réponses à une enquête réalisée en mai-juin par le syndicat auprès des DIM (cf APM SNRG7002). Elle révèle que la situation des DIM est « difficilement tenable » dans une moitié des établissements de santé en raison notamment d’un accroissement de leurs missions sans progression équivalente de leurs moyens et des formations des médecins qui les dirigent, rappelle-t-on.

Pour le Sdim, un plan comprenant trois séries de mesures doit être lancé, a expliqué son président, Dr Christophe Segouin, lors d’une conférence de presse.

La première série doit permettre de « garantir l’indépendance professionnelle des DIM ».

Le syndicat souhaite que ce principe d’indépendance professionnelle du praticien DIM, qu’il soit médecin, odontologiste ou pharmacien, soit « réaffirmé », quel que soit le service de rattachement du DIM (direction ou pôle clinique).

Il demande que la confidentialité des données nominatives ou indirectement nominatives soit « respectée », que ces données concernent des patients ou des médecins travaillant dans les établissements de santé.

Le syndicat fait référence notamment au recours à des sociétés de « recodage » des actes, comme ce fut le cas à l’hôpital de Saint-Malo (cf APM SNQGP001), et à la polémique survenue à l’hôpital européen Georges Pompidou (HEGP, Paris, AP-HP, cf APM CBRDF002) où la direction a demandé des informations sur l’activité de chirurgiens, sans les en informer. « Il est inacceptable qu’un directeur demande à un médecin DIM de sortir des données sur un médecin, en catimini, c’est-à-dire sans que l’intéressé soit informé de cette démarche et sans que la commission médicale d’établissement (CME) n’ait délibéré à ce sujet », a affirmé avec force le président du Sdim.

Le syndicat demande que des mesures d’ordres disciplinaire et judiciaire soient prises à l’encontre des acteurs qui violeraient ce principe.

La deuxième partie du plan revendiqué par le syndicat comprend des mesures « d’urgence ».

Elles visent à recenser l’ensemble des DIM (équipes et professionnels) dont le nombre réel est inconnu afin d’avoir une connaissance réelle de la situation et de quantifier les besoins.

Elles ont aussi pour objectifs de mettre en place une organisation spécifique pour « repérer les DIM en souffrance » (12% selon l’enquête) et d’organiser des équipes d’évaluation et de soutien sur site.

RENFORCER L’ATTRACTIVITE

Dans une troisième partie, le syndicat propose des mesures pour « renforcer l’attractivité » de la fonction de DIM.

Il suggère de « définir les contours » de cette fonction en précisant, en lien avec la Sofime (société savante), quelles compétences sont nécessaires.

Il propose aussi de « donner un statut à la structure DIM » et de proposer un rattachement « clair et lisible » qui garantisse son indépendance professionnelle.

Le président du Sdim a regretté, lors de la conférence de presse, le contenu du projet de loi de santé sur les groupements hospitaliers de territoire (GHT) (cf APM SNRG1002). Alors que le DIM représente « davantage qu’une fonction support », le contenu de cet article « place les DIM entre la facturation et le ménage, ce qui ne renforce pas l’attractivité de ces services », a-t-il regretté.

Le Sdim réclame par ailleurs une « adaptation » de la rémunération des DIM du secteur public, « en prenant en compte l’état des lieux et la réalité des niveaux de rémunération existant dans les secteurs ».

Alors que les hôpitaux font face à une « pénurie » de médecins DIM, des écarts de salaire existent entre le public et le privé (en faveur des médecins des cliniques) et conduisent des internes, en fin de cursus, à rejoindre le privé, a regretté le Dr Segouin.

Sur la rémunération, il a également appelé à étudier la situation des médecins DIM qui travaillent sur plusieurs sites. Il n’est, d’après lui, « pas sûr » que les praticiens concernés touchent tous la prime multi-sites lorsqu’ils le devraient. « Et dès qu’il y a fusion d’établissements, cette prime disparaît », a-t-il souligné.

Le syndicat demande globalement que les moyens et les compétences des DIM soient « renforcés ».

« Nous avons peur que dans le cadre des GHT, un seul médecin DIM soit placé sur plusieurs établissements », a alerté son président qui préconise le développement d’équipes multi-sites dont le travail serait « valorisé ».

Sur les compétences, le renforcement doit passer par la mise en place de formations qualifiantes pour la reconversion des métiers médicaux dans la fonction de DIM et le développement de ces formations en mettant en place un financement spécifique. Des telles mesures pourraient aussi être prises pour les agents qui voudraient devenir TIM (technicien d’information médicale).

Le syndicat souhaite aussi des cursus de formation continue qui permettent de répondre aux nouveaux besoins et que leur financement soit assuré.

« Nos propositions sont pragmatiques et applicables à court terme. Tout le monde sera gagnant in fine », a insisté Christophe Segouin.

Le plan préconisé par le syndicat a été adressé à la ministre des affaires sociales et de la santé, au directeur général de l’offre de soins (DGOS) et aux présidents des conférences de présidents de CME et de directeurs hospitaliers.

san/ab/APM polsan

redaction@apmnews.com

SNRG7003 07/07/2014 18:38 ACTU

©1989-2014 APM International.
APM International est une SAS au capital de 308.000 € du groupe Wilmington Group plc.
33, Avenue de la République, 75011 PARIS, France
Tél: 01 48 06 54 92, Fax: 01 48 06 27 00
RCS PARIS B 351 616 859 – SIRET 351 616 859 000 36 – APE 6391Z
Numéro de TVA intracommunautaire FR33351616859
Print Friendly